Maternité

Le récit de mon accouchement

Pendant ma grossesse j’ai adoré lire des récits d’accouchement, aujourd’hui je vous partage le mien.

Le 09 novembre 2018 à 00h16 j’ai mis au monde la personne la plus importante dans ma vie, mon fils.

Après une grossesse qui a commencée avec énormément de symptômes (nausées avec vomissements nuit et jour) et un dernier mois de grossesse que j’ai trouvé extrêmement long, il a finit par arrivé !

Globalement je garde un bon souvenir de ma grossesse, tout c’est très bien passé, j’ai pu restée très active jusqu’au dernier jour. J’ai trouvé la période idéale car j’ai pu profiter tout l’été à la maison sans trop souffrir de la chaleur puisque j’étais au deuxième trimestre. Et puis j’ai accouché avant noël donc j’ai pu manger tout ce que je voulais (et je l’ai apprécié ce foie gras !!!).

Revenons à nos moutons, L’ACCOUCHEMENT ! Tout à commencé le mercredi 7 novembre.

Encore un jour de plus où je voyait le jour du terme arrivé à grands pas (09 novembre) et où je n’avais toujours pas accouché. Je commençais à désespérer, un jour me paraissait une semaine. Il ne passait pas un jour sans que je reçois une dizaines de messages pour savoir si j’avais accouchée (vraiment ça devenait gonflant).

Bref, ce jour la, en début d’après midi, je perd le fameux bouchon muqueux ! (danse de la joie) mais ça ne veux rien dire apparemment donc je redescend vite sur terre et je pars avec mon amie Angélique chez Le Roy merlin acheter de la tapisserie. J’avais beaucoup de petites contractions, elles ne me faisait pas mal mais étaient assez régulières. L’après-midi ce passe et je me couche assez tôt.

00h30 le 08 novembre

Je suis réveillée à 00h30 par des contractions un petit peu plus fortes, nous sommes maintenant le 08 novembre. En allant aux toilettes je m’aperçois que je perd un peu de sang. Je décide alors d’appeler les urgences gynéco pour leur demander conseils. Ils me répondent que je dois surveiller si je perd toujours du sang dans l’heure et ils me demandent de vérifier si mes contractions sont régulières. Si c’est le cas j’irai vérifier que tout va bien aux urgences.

Me voilà avec mon application à contrôler mes contractions. J’en ai toutes les 5-6 minutes et elles durent en moyenne 40 à 60 secondes. Je perd toujours du sang.

Je réveille Quentin et nous partons aux urgences gynéco. Arrivé là-bas je suis reçu par la sage femme qui m’examine. Mon col est ouvert à 2 et il est court. Elle me dit que l’accouchement sera sans doute pour aujourd’hui.

Je suis hyper heureuse !! Elle me fait un monito de contrôle..

Elle me propose de rentrer un peu à la maison pour que le travail avance. J’accepte car je ne veux pas rester trop longtemps à l’hôpital, il est 5h du matin.

Quentin est partit se recouché et moi je me suis mise sur mon ballon et j’ai mis Harry Potter 7 pour faire passer le temps, j’ai pris un petit déjeuner et j’ai un petit peu rangé la maison car je savais au vue de mes contractions qui s’intensifiait que je n’allait plus pouvoir tenir très longtemps. Je me pliait en deux à chaque contractions.

Il est 8h30, nous repartons aux urgences gyneco avec toutes les affaires pour le séjour. Elle m’ausculte, mon col est ouvert à 3 et est effacé. Elle me fait encore un monitoring de contrôle et la les contractions sont bien régulière et de plus en plus fortes.

Elle me propose d’aller m’installer dans le bloc et d’avoir la péridurale. Je décide d’attendre encore tant que c’est supportable pour moi et d’aller marcher sur le parking de l’hôpital. Ce ne fut pas une marche de très grande qualité, je m’arrêtait toutes les 3 minutes pour souffrir en silence dans les bras de Quentin. Nous décidons d’aller boire un coup à la cafétéria. Il prend un petit déjeuner et moi je m’accorde qu’un jus d’orange, les contractions ne me donnait plus la nausées tant elles étaient fortes. Nous restons un petit moment à la cafétéria, il m’arrivait de me cramponner aux tables, tellement j’avais mal ce devait être un très beau spectacle. Les contractions me faisait terriblement mal mais j’étais heureuse de ressentir cette douleur car j’avais vraiment hâte de tenir mon tout petit dans mes bras.

12h30

Nous décidons d’aller nous installer dans le bloc mater car j’ai beaucoup de mal à rester debout.

La sage femme m’installe dans le bloc. Je souhaite attendre encore un peu avant d’avoir la péridurale. Mon col est ouvert à 4. Elle me dit d’enlever le haut, me met une magnifique chemise bleue et me branche au monito.

Entre deux contractions on garde le smile

13h30

Je faisais la maline quand tout d’un coup un gros POCK comme un ballon de baudruche explosait dans mon utérus (j’ai sursauté tant la sensation était bizarre) puis les grandes eaux. J’étais donc en train de perdre les eaux et il y en avait absolument PARTOUT ! La sage femme est obligée de me mettre une protection car ça ne s’arrêtait pas de couler. C’est fou la quantité de liquide amniotique que l’ont perd.

A partir de ce moment là, les contractions était plus qu’insupportable, il était grand temps qu’on me fasse la péridurale. La sage femme tente de me poser le cathéter 2 fois sans succès et elle me fait mal. Elle appelle l’infirmier anesthésiste qui réussi du premier coup. Puis rentre le médecin anesthésiste, super sympa ! Il m’a tout de suite tout expliqué, rassurée. Il me dit que je peux bouger si une contraction me fait trop mal ça ne le dérange pas. Le personnel soignant fait sortir Quentin qui est triste de me laisser.

Après la péri tout va bien ..

J’appréhende tout de même la péridurale. Il me pique pour me faire l’anesthésie locale (c’est ce qui fait le plus mal) puis je ressens une pression dans mon dos sans douleur. Voilà la péridurale est posée, l’infirmier m’explique de A à Z comment elle fonctionne et comment s’en servir, il vérifie aussi qu’elle fasse de l’effet.

Comment vous dire, c’est un coup de baguette magique ! Plus de douleurs. Quentin revient, je suis apaisée. L’effet de la péridurale est vraiment une drôle de sensation. J’avais l’impression que mon corps appartenait à quelqu’un d’autre. Impossible de bouger mes jambes.

L’après midi passe, le travail n’avance pas vite, on s’occupe, je suis sur internet, je parle aux copines, on joue aux uno, Quentin découvre sa boîte à papa. On s’amuse comme on peux.

La sage femme repasse vers 17h, mon col est ouvert à 6 ça ne bouge pas vraiment. A 19h mon col n’avait toujours pas bougé. La sage femme me fait de l’acupuncture.

A 20h mon col était ouvert à 9cm puis à 21h j’étais à dilatation complète.

Voilà il n’avait plus qu’à descendre dans le bassin. C’est à ce moment là que ça à commencer à devenir vraiment long, à 22h30 je suis prise de vomissements qui ont duré jusqu’à environ 00h. Je vomissait toutes les 5 minutes alors que je n’avais rien à vomir, je pense que je commençais à ne plus supporter la péridurale. Quentin était aux petits soins.

23h30

on fait un essaie de poussé. La sage femme me dit que bébé commence à être en souffrance, il va falloir y aller. Tout le monde débarque dans la chambre, on m’installe pour pousser.

A ce moment là, je me souviendrais toujours, nous nous sommes regardé avec Quentin et nous nous sommes dit avec beaucoup d’émotion que dans quelques minutes, nous allons être 3.

23h45

c’est partit, il n’y a plus de temps à perdre il va falloir pousser !! J’y met toutes forces et tout mon cœur. C’est le marathon de ma vie, je suis essoufflée, les temps de pauses sont courts entre les contractions.

Le travail n’avance pas assez vite, la sage femme appel l’interne, je ne suis pas tout rassurée mais tellement fatigué que je ne tilte pas vraiment.

L’interne arrive, elle me dit qu’elle va utiliser la ventouse pour l’aider à sortir et si ça ne fonctionne pas ce sera les forceps, je n’avais pas du tout envie d’entendre ces mots.

00h16

Puis quand je les entends dire « il arrive, il arrive votre bébé madame » mon cœur s’emballe. Je demande si Quentin peux couper le cordon, il refusent, le bébé à le cordon autour du cou. Puis vient le moment où ça y est, il est né ils le pose sur moi. Je suis tellement heureuse mais je n’ai aucunes larmes qui sortent (moi de nature assez émotive pourtant) il ne pleurait pas, j’étais très inquiète.

Il le reprenne et l’envoi dans une salle à côté, Quentin les suit. En attendant l’interne referme les petites déchirures. Puis ENFIN je l’attend pleurer, me voilà en sanglots. Quentin revient me voir, lui aussi les larmes aux yeux, ça y est nous sommes parents.

Après lui avoir fait les premiers soins, il le posent sur moi pendant deux heures. Il est magnifique. J’avais l’impression de le connaitre depuis toujours.

Je garde un très bon souvenir de mon accouchement, n’ayez pas peur des contractions, certes ça fait mal mais vous serrez contente de ressentir cette douleurs car vous ne serrez plus qu’à quelques heure de rencontrer l’amour de votre vie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.