Mood

La fausse couche

Hello tout le monde, aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet qui me touche. Une bien triste expérience qui m’ai arrivé en janvier 2018 et qui arrive à beaucoup de femmes, la fausse couche.

J’ai longuement hésité avant d’écrire cet article, est-ce trop personnel ? va t-il faire peur aux futures mamans ? C’est un sujet assez tabou. Peu de personne en parle et pourtant 1 femme sur 4 est un jour confrontée à une fausse couche précoce . Beaucoup de personne n’ont pas de compassion, ne comprennent pas pourquoi une femme est triste alors qu’elle n’a jamais vu son bébé.

D’ailleurs, j’ai entendu beaucoup de phrases de personnes qui voudrait surement vous consoler mais que l’on sait déjà : « Il vaut mieux maintenant que plus tard », « la nature est bien faite », « c’est qu’il devait avoir un problème », « Au moins tu sais que ça marche » bref toutes ses phrases partent surement d’une bonne attention mais selon moi le meilleur moyen d’accompagner une personne dans une fausse couche est l’écoute.

Mon histoire

Le 8 janvier 2018, j’avais des doutes, plusieurs symptômes, douleur dans la poitrine, à l’utérus, petit retard de règle. Je décide alors de faire un test de grossesse le lendemain. Au petit matin, je me dépêche à aller faire le fameux test de grossesse, pleine d’espoirs. Je fais le test, le pose à plat et attend sagement les 5 minutes pour qu’il soit fiable, en attendant je prépare mon petit déjeuné. 5 minutes sonne sur l’alarme de mon portable, je file voir le test et voilà que je vois les deux barres affichées, je n’y crois pas , je suis en train de rêver, je suis tellement heureuse que j’aimerais le crier au monde entier ! Je retrouve mes esprits et appelle mon médecin traitant pour avoir une ordonnance qui confirmera la grossesse. L’après-midi après avoir obtenue le fameux papier, je pars faire la prise de sang Beta Hcg. Vers 18h les résultats étaient là, je suis bien enceinte de 4 semaines d’aménorrhées. Je suis tellement heureuse, pour le mois de septembre je serais maman, je l’annonce dans la foulé à mon conjoint, pas la patience de préparer quoi que ce soit et il est très heureux également.

Les jours, les semaines passent, je n’ai pas énormément de symptômes, je me questionne. Evidemment je fais ce qu’il ne faut pas faire, je vais mettre mon nez dans les forums. Il y a énormément de négatif, ça me fait peur.

Nous sommes rendu au 25 janvier, mon rendez-vous pour l’échographie de datation est dans une semaine. J’ai un mauvais pré sentiment, j’ai de moins en moins de symptômes. J’appelle la gynécologue qui me suit pour être rassurée et pour savoir si je peux venir un peu plus tôt. C’est la secrétaire qui prend mon appel, elle me dit qu’elle ne peut pas me recevoir, que je suis trop stressée, elle ne répond à aucunes de mes questions « je ne suis pas médecin moi » non mais passe moi le médecin alors ou qu’elle me rappelle, que dal, je suis vraiment déçu.

Je décide d’aller consulter aux urgences gynéco, j’attend 4 heures après ma matinée de travail avant d’être reçu. L’interne vient me chercher, il me pose plein de questions, douleurs au ventre ? saignements ? je n’avais rien de tout sa, j’avais prétendu avoir des douleurs pour pouvoir être prise un peu au sérieux. Je serais donc à 6 semaines d’aménorrhées. Il procède à l’échographie, une élève est avec lui, je ne suis pas à mon aise. Il voit que la poche est bien implantée dans l’utérus mais ne voit rien à l’intérieur, il me dit que c’est normal à ce stade de la grossesse, ça me réconforte. Il me dirige dans la foulée au laboratoire de l’hôpital refaire une prise de sang pour contrôler le taux de béta Hcg.

Une heure plus tard les résultats sont déjà la, ils ont bien évolué depuis la dernière fois, je suis rassurée, il me dit qu’il n’y a pas de raisons que la grossesse ce passe mal. L’interne me prescrit une deuxième prise de sang à faire 48h plus tard. Je rentre à la maison rassurée, pleine d’espoirs.

Deux jours plus tard je retourne faire une prise de sang, je travaillais d’après-midi. Je reçois un appel, il vient de recevoir les résultats, le taux d’Hcg est passé de 1050 à 980. On me donne un rendez-vous pour le lendemain et une nouvelle prise de sang, il me dit qu’il y a toujours de l’espoir.

Le lendemain, après avoir fait ma prise de sang, je vais à la consultation avec l’interne. A l’échographie rien n’a changé, on ne voit pas de battements de cœur. Je quitte la consultation, il n’a pas encore reçu le résultats de l’analyse, il m’appellera en début d’après-midi.

Je prend mon poste d’après-midi, je ne suis pas bien, l’angoisse, les doutes prennent le dessus. Je me confie à une collègue de confiance et lui dit que je garde mon téléphone pour ne pas louper l’appelle. Il est 14h30, l’interne me rappelle, je m’isole dans les vestiaires au calme. Il m’explique que je suis en train de faire une fausse couche, c’est un coup de massue, je n’ai pas vraiment écouté ce qu’il me disait par la suite, il est désolé pour moi. Je suis en état de choc, je ressasse tout inlassablement dans ma tête, je retourne travailler. Je m’isole dans un local pour remplir les chariots de linge, une collègue me rejoint pour m’aider. A ma mine déconfite, elle me demande si ça va, je n’ai pas vu la chose venir, je me suis écroulé, je n’arrivais plus a parler et avait beaucoup de mal à lui expliqué ce qu’il m’arrivait. Je crois que j’ai pleurer jusqu’à en avoir plus de larmes.

La semaine qui a suivi à été difficile, j’avais la sensation qu’on m’avais offert ce que je désirais le plus au monde et d’un coup, on me l’avais repris. On ce pose beaucoup de questions, on ce demande si on ne refera pas une fausse couche à chaque grossesse, ce qu’on à fait de mal juste pourquoi.

Je suis retombée enceinte de Gabyn 3 semaines après cet événement, j’ai essayé d’y penser le moins possible les premières semaines jusqu’à l’échographie de datation où j’étais hyper stressée. Finalement tout c’est très bien passé, j’ai été vraiment malade les trois premiers mois, c’était fatiguant mais j’étais rassurée.

Parfois j’y repense, je rêvasse, je me demande si ça aurait été une fille ou un garçon et puis je vois le sourire de mon petit garçon, il y a tellement de bonheur depuis qu’il est arrivé dans notre vie ❤.

Chaque ressentit vis à vis de la fausse couche est différents.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.